Chtites raideuses

Faisons de nos rêves, notre raid 2013

Ca y est… la destination du raid Amazones 2013 est dévoilée…

le 21/06/2013

Nous l’attendions toutes impatiemment… la nouvelle est enfin tombée…

Le raid l’arbre vert Amazones 2013 se déroulera sur l’archipel de Langkawi en Malaisie

du 19 au 28 novembre 2013…

L’effervescence se fait déjà sentir au sein de la team « les ch’tites raideuses »…

Nous voyons presque le bout du tunnel !

La course aux sponsors n’est pas terminée… nous devons continuer à nous investir à fonds pour pouvoir trouver nos derniers financements…

Mais nous sommes reboostées par cette bonne nouvelle du lieu magique du raid 2013…

Ce qui est certain, c’est que nous partirons, Estelle, Laurence et moi… les ch’tites raideuses de choc, c’est désormais dans nos esprits…

Y’a plus qu’à….

Archipel de Langawi en Malaisie Capture d’écran 2013-06-21 à 08.32.33

Un peu d’histoire et de géographie pour découvrir cet endroit magique…

a Malaisie, en malais Malaysia, est un pays d’Asie du Sud-Est, constitué de la Malaisie péninsulaire ou Malaisie occidentale (majeure partie de la péninsule Malaise) et de la Malaisie orientale (nord de Bornéo). Elle est située à environ 200 km au nord de l’équateur. Sa capitale est Kuala Lumpur et sa superficie est de 329 750 km2.

Toponymie

L’utilisation du nom de « Malaisie » pour désigner la péninsule Malaise est récente. Ce nom est la francisation de Malaya dans l’expression « British Malaya » (Malaisie britannique) par laquelle les Anglais désignaient, à partir de la fin du XIXe siècle, les territoires qu’ils contrôlaient sur la péninsule.

Jusqu’en 1912, le nom de « Fédération de Malaisie » ne s’appliquait qu’à l’entité créée en 1896 par les Britanniques et devenue indépendante en 1957, « l’Union malaise » (Malayan Union). Celle-ci regroupait, dans la péninsule malaise, les États malais, qui avaient auparavant le statut de protectorats, et les Strait Settlements, c’est-à-dire les colonies de Malacca, Penang et Singapour.

Lorsque les territoires britanniques de Bornéo, Sabah (British North Borneo) et Sarawak deviennent indépendants en 1963 et acceptent de rejoindre la Malaisie, la nouvelle entité est baptisée du néologisme de « Malaysia ».

En français, « Malaisie » avait à l’origine un autre sens. En 1831, Jules Dumont d’Urville proposait à la Société de géographie de Paris une organisation de l’Océanie en quatre parties :

la Polynésie (« les nombreuses îles »),
la Mélanésie (« les îles noires »),
la Micronésie (« les petites îles ») et
la Malaisie.

Par ce dernier nom, Dumont d’Urville entendait une région regroupant l’Indonésie, la Malaisie et les Philippines actuelles. À l’époque en effet, on considérait que les habitants de cette région pouvaient être désignés par le terme englobant de « Malais ».

Au sens strict du terme, les Malais sont les populations qui parlent la langue malaise et qui habitent le littoral oriental de l’île de Sumatra, les îles Riau, la péninsule Malaise et le littoral de l’île de Bornéo.

Le traité de Londres de 1824 entre Anglais et Hollandais se traduira par un partage en deux de ce monde malais. On ne saurait donc identifier celui-ci à la seule Malaisie.

Pour éviter la confusion, on utilise le gentilé « malaisien » pour désigner ce qui relève de la Malaisie comme État, le mot « malais » désignant ce qui relève de la langue, de la culture, de l’ethnie, et couvrant donc un territoire plus vaste. Ainsi, l’expression « monde malais » au sens strict désigne l’aire géographique habitée par les Malais et décrite plus haut.

Histoire

1511 marque la première présence européenne en Malaisie avec la prise de la ville de Malacca (Melaka en malais) par le vice-roi portugais des Indes, Afonso de Albuquerque, parti de Goa à la tête d’une flotte de dix-huit bateaux et 1 200 hommes.

La prise de Malacca par les Portugais aura eu deux conséquences fondamentales : la rupture du réseau des marchands de l’Asie du Sud-Est insulaire et péninsulaire, et la christianisation de l’est de l’archipel indonésien.

En 1641, les Hollandais de la VOC (Vereenigde Oostindische Compagnie ou « Compagnie hollandaise des Indes orientales »), alliés à Johor, prennent à leur tour Malacca aux Portugais.

Comme les autres pays asiatiques, la Malaisie bénéficie au début des années 1990 d’un afflux massif de capitaux étrangers4 qui se retirent ensuite, déstabilisant la monnaie puis l’économie des pays.

Géographie

Le pays est composé de deux régions distinctes :

La Malaisie occidentale ou Malaisie péninsulaire (au sud de la Thaïlande) est divisée du nord au sud par une longue chaîne montagneuse dont le point culminant se situe à 2 189 m (Mont Tahan) et où subsistent de vastes zones forestières. La côte ouest est marécageuse et plate, la côte est se compose, au contraire, de longues plages de sable. Les cultures et plantations sont d’abord situées le long des plaines côtières. Le nord du pays (Perlis et Kedah) est considéré comme le grenier à riz du pays.
La Malaisie orientale est composée des territoires du Sarawak et du Sabah et située au nord de l’Indonésie (Bornéo). Cette partie représente 15 % de la population sur 60 % du territoire. Elle est essentiellement composée de forêts tropicales humides et d’un relief assez élevé (mont Kinabalu, 4 100 m).

La Malaisie partage ses frontières terrestres avec le Brunei (381 km), l’Indonésie (1 178 km) et la Thaïlande (506 km), et dispose de 4 675 km de côtes. Elle est également reliée à Singapour, par deux ponts traversant le détroit de Johor.

Faune, flore et environnement

La Malaisie est considérée comme une zone de mégadiversité biologique. La flore est ainsi particulièrement riche au regard d’autres pays situés dans la zone intertropicale. Les montagnes, les forêts primaires, et récifs coralliens participent de cette grande biodiversité.

La déforestation est importante, en particulier dans les territoires du Sarawak et du Sabah.

Religion

La religion d’État est l’islam du courant sunnite et de l’école chaféite, observé principalement par la majorité malaise. La communauté chinoise pratique le christianisme (9,6 %), le bouddhisme (75,9 %), le taoïsme (10,6 %), la religion populaire chinoise et le culte des ancêtres. Les Indiens sont pour la plupart hindous. On trouve aussi des chrétiens (à Penang notamment) et des animistes, principalement au Sarawak et au Sabah.

Dans l’État du Selangor 35 termes islamiques sont interdits d’usage aux non-musulmans aussi bien oralement que par écrit7. En cas de plainte formelle, le non-musulman déclaré coupable se verra attribuer une amende de 3 000 MYR (soit 700 euros ou 1 000 francs suisses).

Source : Wikipedia

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :